Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mes petits détails de lecture (surtout BD), petits détails de vie

Auto-psy d'un mort-vivant

10 Novembre 2006 , Rédigé par Le steph Publié dans #bd autobiograhiques


Mes Classiques (5)


Mes années lycée ont été aussi mes années fanzines. Dans ce domaine, j'étais un obscur qui ne faisait que quelques rédactionnels (Beauty Palace, Black Fly...). Par contre, je dévorais les productions indépendantes qui me tombaient sous les yeux (PLGPPUR, Rock Hardi, Le lynx à Tifs, Grand le plus petit fanzine...).Sans les connaître réellement, je suivais les créations de quelques jeunes auteurs de l'époque (Yannick Durou, JC Menu, Manu Boisteau...) Certains par la suite vont émerger d'autres hélas non...

 


Dans ce flot créatif, un auteur, Mattt Konture, semblait être à part. Dans ces multiples planches, on découvrait une double nouveauté tant sur le plan graphique que scénaristique. En effet, cela ne correspondait en rien à ce que j'avais déjà lu. Je dois reconnaître que je n'ai pas apprécié de suite ses pages. Ces personnages sortis d'un cirque macabre qui se baladaient dans des cases biscornues n'inspiraient pas l'identification du lecteur adolescent acnéique et ricanant que j'étais, tout au plus une certaine pitié morbide.


J'ai mûri, son style aussi sans doute. ce qui explique que, quelques années plus tard, quand je l'ai redécouvert mon avis était tout différent. Pourtant l'idée maîtresse de sa "série" Auto-psy d'un mort-vivant" n'est guère plus réjouissante. Relançant en 1998 son Krokodille Komix, Mattt Konture réalise une autobiographie des plus saisissantes. Dire qu'il se livre dans cette série est un euphémisme tant sa franchise et sa capacité à ne rien dissimuler est impressionnante.


Equivalent crumbien au Journal de Fabrice Neaud (chronique à venir), KKII et les publications suivantes (Tombe (la veste), Head Banger for ever, Cinq heures du mattt, Sclérose en plaques et dans une moindre mesure Barjouflasque en attendant Filasse) sont une auto-analyse, parfois un bilan biographique dans le domaine du plus-qu'intime. On hésite entre la gène devant tant de franchise et l'admiration. Mattt Konture nous narre par l'intermédiaire d'un de ses nombreux alias (Yvan Morve, Bart Kontru.... Mattt Konture) la vie d'un artiste hors des courants, bourré de talents et d'originalité mais indécrottablement incorruptible et pas bancable pour deux sous. Même, et surtout, dans sa vie privée, il ne nous cache rien de ses déboires familiaux (séparé de la mère de sa fille, il ne voit cette dernière que par de larges intermittences)et de son mal-être (euphémisme). Comme il est libéré de toutes pudeurs sur ses sentiments ou sa façon de vivre, il en est de même de toutes contraintes narratives et bédétesques.


Globalement bluesy (euphémisme n° 2), l'espoir renaît parfois, souvent lié à des rencontres.
Mais parfois l'humour sait montrer son nez comme quand MK se réveille le lendemain d'un festival alternatif et qu'il découvre le chèque de soutien qu'il a fait aux organisateurs ou quand des voisins lui font une farce en se déguisant en pseudo martiens.


Pour les mordus de bd autobiographiques, cette série est un passage plus qu'obligé car les hachures du graphisme de l'auteur n'ont d'égales que les déchirures réelles qu'il subit. Elle est pour moi l'un des fleuron, un quasi-incontournable dans ce domaine.

D'où vient l'intérêt de l'autobiographie ? En effet que peut apporter un tel dévoilement de l'intime ? En quoi on quitte le domaine du voyeurisme pour aller vers un écrit qui s'approche d'une oeuvre artistique ? Justement par l'universalité des thèmes abordés, un auteur tel que MK arrive à mettre des mots, des images sur des émotions, des troubles, des joies voire des concepts qui peuvent concerner le lecteur pékin moyen qui lui n'est pas forcément capable de les exprimer de la sorte.

Je n'ai pas encore lu le dernier volume, "Sclérose en plaques" car je souhaite l'acquérir au salon d'Angoulême où j'espère Mattt Konture fera le déplacement (en espérant un retour du stand "L'Association"). D'ailleurs, c'est assez étrange de se faire dédicacer un livre par MK car on a l'impression de bien le connaître alors que la réciproque n'est pas vraie.


Je suis actuellement en train de lire une monographie sur Mattt Konture. Je vous en reparlerai sans doute dés que je l'aurai terminée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jérôme Gorgeot 21/09/2007 00:39

Fichtre ; c'est dingue comme on a les mêmes goûts en BD !

martin 13/11/2006 21:42

Un auteur essentiel que Konture.Je ne sais pas ce que vaut la monographie de Thiellement (je penses que c'est de celle-ci que tu parles) qui me fait un peu peur, je n'aime pas trop les textes du monsieur habituellement. J'attends ton commentaire du livre alos.

ÉLias_ 13/11/2006 01:03

J'adore Konture, depuis ses premiers Ivan Morve découverts dans le Psykopat. Sa liberté transpire de chaque case et je trouve moi aussi particulièrement précieuses ses escapades autobio. Et je te préviens, le dernier tome est particulièrement embarassant, à la fois résurrection et faire-part funèbre. Enfin tu verras (on se croisera sans doute à Angoo).

É.