Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mes petits détails de lecture (surtout BD), petits détails de vie

La planète sauvage de Laloux et Topor

27 Septembre 2006 , Rédigé par Le steph Publié dans #Cinéma et autres images qui bougent

Il n'y a pas que Kirikou...

Dans le cadre du projet "Ecole et cinéma", J'ai inscrit ma classe de CE2 à trois projections au fil de l'année 2006-2007. Cela permet notamment aux élèves d'assister à des projections en salle. Chacun des films s'accompagne d'une pré-projection entre enseignant afin de pouvoir mettre en place des activités pédagogiques.


Je suis donc allé ce matin voir le premier long métrage pour cette année, "La planète sauvage" de René Laloux et Roland Topor.


Les Draags, êtres humanoïdes géants civilisés, ont domestiqués les humains qu'ils utilisent tels des chats ou des hamsters, des animaux de compagnie. Terre, un jeune Om (homme), domestiqué et éduqué, réussit à s'échapper de ses "maîtres" et rejoint les hommes sauvages. Il organise une "résistance" qui va déclencher une vague de déshommisation !


Nous sommes en plein dans l'époque post 68. Le scénario et le graphique reflète cet état de fait. Parfois, c'est maladroit, à d'autres moments poétique.
Le récit est riche en péripétie et en réflexion philosophique. La place de l'homme dans la nature, le progrès, la connaissance, l'apprentissage, l'importance du point de vue...
Petit regret, la fin est un peu rapide.

Dés les premières images du film, on reconnaît l'univers pictural de Topor. Son trait est ici imprégné de multiples références allant de Bosch à Magritte en passant par Dali et Doré. Sur support dvd, on peut comparer les croquis de Topor et la version animée par les studios tchèques.

A a fin de la projection, c'est toujours amusant d'écouter les conversations de certains collègues qui bien que toujours très prompts à taper sur l'impérialisme des studios Disney ne sont guère plus ouverts quand on leur montrent une animation autre.

De Laloux, je connaissais le dessin animée qu'il avait fait avec Moebius, "Les maîtres du temps". Je l'ai vu il y a pas mal d'années, je ne sais pas si il a bien vieilli mais j'en garde un bon souvenir.

Le projet "Ecole et cinéma" est organisé dans toute la France. Si vous êtes enseignant, renseignez-vous, c'est assez  riche et cela peut ouvrir l'esprit des élèves qui n'ont pas forcement accès aux salles de cinéma et qui peuvent acquérir progressivement une culture cinématographique. Même si, dans la sélection il peut y avoir certaines années des films datant des 10 dernières années (Princes et princesses, Le voyage de Chihiro), il serait  tout de même judicieux de revoir la liste des films disponibles de manière plus ample ... Dans les productions récentes, il existe sûrement des classiques en devenir... Ah, ces instits, jamais contents !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ranx 12/10/2006 17:59

Si Laloux t'intéresse, Fabrice blin a réalisé un très bon livre sur son oeuvre, c'"tait son sujet de mémoire, agrémentée de moults photos et interview de l'artiste (artisan ? ) aux editions du Pythagore 

seb.dihl 03/10/2006 18:11

TOPOR!!!!!!quel personnage
je ne connais pas l'oeuvre dont tu parle mais je suis déja tombé pas par hasard sur plusieurs réalisations de lui, et bien ça le fait grave
tout bien décalé comme j'aime
bravo pour ton blog
a bientôt                 seb

ÉLias_ 01/10/2006 17:17

Les Maîtres du temps c'est pour moi l'un des grands traumatismes de mon enfance. Les mésaventures du gamin, la musique d'une mélancolie déchirante m'avaient profondément marqué. Revu récemment, je dois bien admettre qu'il a bien vieilli. Le rythme m'a semblé mal maîtrisé, le doublage et les effets sonores manquent de peps. Reste la toujours très belle musique.Comparativement, je trouve que La Planète sauvage tient mieux la route, surtout grâce à son dessin si particulier qui autorise une animation un peu plus figée. Et l'histoire est vraiment très belle, pleine de poésie. Pour rester sur Laloux, je n'ai pas vu Gandahar dont j'ai cependant entendu énormément de bien.É.