Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mes petits détails de lecture (surtout BD), petits détails de vie

Blueberry : "La mine de l'Allemand perdu", "Le spectre aux balles d'or"

6 Mai 2006 , Rédigé par Le steph Publié dans #bd "franco- belge"

Mes classiques (4)

Pour débuter, une petite précision entre parenthèses, dans un commentaire laissé sur une des chroniques "Mes classiques", un visiteur trouvait que le choix des classiques était étrange. Dans ces articles, je parle de MES classiques. Ce sont, pour moi, des livres qui m'ont marqué ; soit sur le plan de mon avancée dans la découverte de"l'art séquentiel" comme une étape, un moment de vie, soit parce qu'ils représentent un incontournable de l'Histoire de la BD. Il peut donc y avoir des choses anciennes comme des plus récentes. Ce qui est rassurant somme toute car cela montre bien que la Bande dessinée est une littérature en constant renouvellement . Je n'ai pas fait de catégorie mes classiques, j'ai laissé chaque chronique de ce type dans les catégories respectives (bien que je n'arrive toujours pas à me faire au terme de "franco-belge"). Tout ceci est bien sûr très subjectif... mais comment peut-il en être autrement sur un blog-site ?
Fin de la parenthèse (un peu longue tout de même).


Sur l'ensemble de la série de l'énigmatique fracturé nasal, on peut retrouver toutes les formes de choix narratifs : les one shot (L'homme à l'étoile d'argent", "Arizona love"), les story arcs (ensemble de quatre, cinq albums narrant une histoire complète) et une progression  sur la totalité de la collection.

Dans les incontournables de la Bande Dessinée, j'ai souvent observé que mes préférés fonctionnaient souvent en diptyques. Il en ai de même pour Blueberry  : "La mine de l'Allemand perdu" et "Le spectre aux balles d'or"

A peine sorti de son premier affrontement avec Allister, le lieutenant Mike S. Blueberry est détaché dans un trou perdu afin d'assurer l'intérim jusqu'à l'arrivée d'un nouveau shérif. Il est assisté de Mc Clure. A la suite d'une rixe au saloon, il fait la rencontre de l'Allemand Von Luckner dit Prosit... et l'arrête. Celui-ci leur parlent tout de go d'une mine incroyable qu'il aurait découverte au cours d'un de ces précédents voyages. Pour "Nez cassé", tout ceci respire l'arnaque mais pour son adjoint l'appât de l'or est quasiment plus fort que l'amitié. Sur ce trio narratif (le mari, la femme, l'amant ?) vont se greffer une pléiade de personnages secondaires (notamment des chasseurs de prime aux méthodes douteuses). Ce pack de personnages va se livrer sur les deux livres à un jeu de piste / course poursuite / chassé-croisé au gré des alliances et des trahisons avec en ligne de mire un fabuleux trésor...


Pour ceux qui aiment, on retrouve tout ce qui plaît dans les westerns : les grands espaces, les personnages troubles, le héros incorruptible, le serpent venimeux, les Indiens...
Recordman hors catégorie de l'infame, ce cher Prosit chez qui on se sait pas qui du machiavélisme, du sadisme ou de la concupiscence est le plus puissant...

Au delà, on peut s'intéresser aux deux notions souvent associés amitié/trahison. En effet Mc Clure nous refait le coup de "l'ami sur lequel on ne peut pas compter mais qui finit toujours par se racheter". Ce n'est pas le seul ami récurant de Mike S (Red Neck par exemple) mais c'est un personnage intéressant car régulièrement on sent le côté obscur qui lui titillent les oreilles.
Un autre exemple de trahison apparaît dans ces albums mais je n'en parlerai pas, ne voulant pas déflorer l'intérêt du scénario.
Paradoxalement  dans cette histoire, les chasseurs de prime ne seraient pas finalement les deux amis vraiment fidèles.

C'est l'un des albums où Giraud et Charlier tentent certains effets graphiques qui me font apprécier cette série. Ainsi, la vignette clôturant le règlement de compte à la fin du premier tome est quasiment cinématographique. Les détails des paysages sont superbes. La visite du village indien découvert sous plusieurs angles est un pur moment de plaisir.

"La mine de l'Allemand perdu" et  "Le spectre aux balles d'or" ne débutent pas la "collection" des Blueberry mais peuvent très bien être lus indépendamment du reste sans aucun problème de compréhension. C'est pour cela qu'ils peuvent être un bon moyen de se lancer dans cette série afin de découvrir les talents scénaristiques de Charlier et le sublimissime coup de crayon de Giraud. A ce sujet, il est intéressant ensuite de prendre son courage à deux mains et de commencer la lecture chronologique car au delà d'une fantastique histoire qui se tient globalement sur maintenant plus de 20 tomes et quatre décennies, on assiste à l'évolution du style graphique de Gir un des maîtres.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

stef du aaablog 29/05/2006 08:44

Les meilleurs Blueb, ce qui est peu dire vu que Blueb est l'une des meilleures BD au monde.

Philippe Grenier 13/05/2006 06:58

Merci Le Steph pour ce compte rendu de lecture! Il donne en effet envie de retourner lire ces deux classiques! Si tu as envie de lire quelques recommendations de plus, hormis celles de BDGest, je t'invite à venir faire un tour sur mon site!

Bonne fin de semaine! :)

ÉLias_ 11/05/2006 21:44

Je ne veux pas être influencé mais j'ai clairement besoin de modèles ! Dans ma doc, j'ai le seul Blueberry dont dispose ma bédéthèque : Mister Blueberry (autre époque).

É.

Stéphane 11/05/2006 19:58

Si tu dois bosser sur le même thème, cela devient quasi indispensable à moins que tu ne préfères ne pas être trop influencé.Amical.Le S

ÉLias_ 11/05/2006 11:39

Il faudra bien qu'un jour j'attaque ce diptyque mythique. J'ai énormément d'admiration pour Bluberry, bien que j'estime en avoir lu encore trop peu. Et ces deux albums ont toujours été présentés comme un sommet (et pour ma part ce serait vraiment le moment que je m'y colle étant donné que mon projet BD actuel se déroule dans des paysages similaires !).

É.