Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mes petits détails de lecture (surtout BD), petits détails de vie

Batman n°11 avril 2006 (presse)

21 Avril 2006 , Rédigé par Le steph Publié dans #comics



    Il devait y avoir un avant et un après « War games » et « Identity crisis » dans les pérégrinations de l'univers DC en général et du Chevalier Noir en particulier. De ce fait j'attendais au tournant ce n° 11, publié à posteriori en VF. Hélas, j'aurai toujours du mal à saisir la démarche de certains éditeurs car sur les quatre séries que nous propose Panini dans ce fascicule, trois sont antérieurs à « Jeux de guerre » et aucune ne fait allusion à « Id-Cri ». Bref, fermons cette parenthèse que je n'avais pas ouverte et rentrons un peu dans le détail.

 


Sous le masque (1)

    Seul véritable avatar de W-Games, après un préambule musclé et pluvieux, il relance quelques vieux de la vieille questions supers vilains (avec un retour énigmatique de Redhood , première identité du Joker) et nous laisse sur notre faim assez rapidement mais c'est, il faut le reconnaître, l'attrait de la démarches des feuilletons. En passant, on remarque que l'identité secrète du Batman est à nouveau dévoilé à un personnage, identité qui depuis quelques épisodes n'est finalement, par répercussion, plus réellement secrète...

 

 


La ville du crime

    Histoire complète et indépendante, intéressante dans le choix de la narration. avec une morale triste mais réaliste : le Batman ne peut pas être partout !

 


Un homme à terre et L'énigme (1)

    Ces deux épisodes même si cela n'est pas explicite sembleraient être liés par l'entremise du Sphinx. Cela débute avec un spin of d'Ed. Nigma qui fait une rencontre sportive et végétale avec Ivy Poison qui lui explique la différence entre vrais et faux vilains...

    Ensuite nous enchaînons avec un jeu de piste visiblement tracé par le Sphinx avec de nouveaux personnages secondaires dont on n'a pas encore découvert dans ce premier épisode sur cinq le rôle exact.


    Malgré les remarques préliminaires que j'ai faites en début de chronique, ce n°11 est de lecture très agréable et peut permettre à ceux qui prendraient le train en marche de ne pas être trop perdu dans la jungle urbaine et chronologique du Dark Knight.


    Saluons pour finir la démarche de publier certaines couvertures originales qui nous font apprécier quelques cover artists dont on aimerait bien connaître la bibliographie pour découvrir les autres travaux..


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article