Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mes petits détails de lecture (surtout BD), petits détails de vie

livret de phamille de J. C. Menu

27 Février 2006 , Rédigé par stéphane Lastère Publié dans #bd autobiograhiques

    série "Mes classiques" (1)

    Ces derniers mois, dans la presse BD et généraliste, j'ai lu différents articles qui parlaient de Jean Chistophe Menu. Hélas, positivement ou négativement, ils se rapportaient davantage aux capacités polémiques de Menu qu'à ses talents de créateur-éditeur-théoricien de BD (lui-même n'aime pas ce terme...). En effet, il a pris position sur la "fête de la bd" et sur le rachat de Futuropolis par Soleil (wait and see !)...
    C'est pour cela que je tenais à revenir sur l'auteur Menu.
    J'ai connu JCM à l'époque du "Linx à tifs". Il avait écrit une brève assassine (mais réaliste) sur notre fanzine. Je me suis dit : "une personne qui déverse une telle colère ne peut pas être foncièrement mauvaise". L'année suivante, je suis allé voir les fondateurs de ce qui devenait "L'association" afin de découvrir leurs productions mais l'adhésion était au dessus de mes moyens de l'époque (si, si). Les années ont passé (oh les belles histoires de l'oncle Paul), j'ai pris mon adhésion à l'association à la Pulpe. Et j'ai acheté "Livret de phamille".
    C'est un recueil de nouvelles prépubliées dans le magazine Lapin. Prenant pour principe l'autobiographie, JC Menu nous narre les premières années de sa vie conjugale et ses premiers pas dans la paternité. C'est à la fois réaliste, touchant et sans concession pour toutes les relations de l'auteur et pour lui-même en premier lieu. On peut le suivre à un colloque (avec sa rencontre avec Trondheim), aux EUA, à un piteux salon de la bd ou chez lui (avec sa compagne et ses filles) dans différentes situations de la vie (débuts dans le monde de la BD, découverte de l'amour, attente d'un bébé, scène de ménage, passage de la trentaine, rencontre
avec un poivrot fana du Hérisson, affrontements avec un voisin raciste...). A chaque fois, c'est l'occasion pour Menu de nous prouver  que le quotidien mise en images peut être riche en émotions et en sentiments sans passer obligatoirement par la fiction.
    Je l'ai relu dernièrement : le 19 novembre... je venais d'être père pour la seconde fois....

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

paul 29/04/2006 21:34

j'ai découvert JCM en lisant "le geant qui pleure" que j' ai détesté. J'ai beaucoup de mal à lui pardonner d' avoir gaché ce donjon monster dont le scénar aurait pu donner un chef d'oeuvre à qui aurait eu du talentDevant la polémique, je me suis résolu à acheter plates bandes, et il m'est apparu alors comme un théoricien intransigeant et intolérant, voire insultant vis à vis de gens (Larcenet) dont il n' atteint pas la chevilleaussi suis je surpris de ton articleje vais voler "livret de phamille" pour voir (pas question de lui filer un sou de plus)

fred 03/04/2006 15:52

Je t'invite toi et tous les amis de ton blog à venir faire un tour du coté du mien : ça y pue un peu, c'est froid et humide, mais au moins t'es à l'abri :
http://uneviebienratee.oldiblog.com
Je vous prie d'agréer, Messieursdames, mes salutations respecteuses.

Stéphane 03/04/2006 06:35

Fred : 1 pointamicalement

fred 02/04/2006 20:48

petit problème technique, j'ai tapé mon message et pfiou il a disparu...
j'aime moi aussi la bd d'auteur, les types comme Menu et consorts. Mais je trouve qu'il traite néanmoins la bd populaire avec parfois une suffisance et une sévérité sans doute blessante pour les p'tits gars qui pondent des sèries à la chaine pour glénat et les autres.
à la différence de menu et de tous ses potes qui viennent des beaux quartiers, son fils d'universitaires, de médecins, il existe toute une génération d'auteurs qui était plutôt issue des milieux populaires, des gamins des campagnes, timides et solitaires, pour lesquels le dessin était une occupation quasi pathologique, un exutoire... même si leur travail n'a pas acquis la légitimité des oeuvres de la bd d'auteur, il me semble qu'il ne mérite pas d'être incendier comme on l'entend ou le lit parfois...
voilà, c'est dit.

Stéphane 01/04/2006 16:49

Mais encore Fred ?