Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mes petits détails de lecture (surtout BD), petits détails de vie

Bookhunter de Jason Shiga

22 Mars 2008 , Rédigé par Le steph Publié dans #comics



bookhunter.jpg1973
Une bibliothèque au fin fond des Etats Unis.
Un spécialiste.

 L'agent Bay est un spécialiste. Il enquête au service des recherches de vols de livres anciens. Il est contacté par une équipe de bibliothécaires d'Oakland pour éclaircir la disparition ou plutôt la substitution par un faux d'une bible du XIXème siècle...

Ce pitch peut laisser penser à une histoire  de rat de bibliothèque à la Convard avec un sombre secret biblique qui pourrait changer le dogme...
Pas de ça ici , monsieur ! Chez Shiga, ça sent  la poudre, les poursuites et les gun fights...
Au fil des planches, le lecteur fait le grand écart entre l'inspecteur Harry (pour les méthodes parfois expéditives) à l'Age de glace ou Tex Avery (pour les poursuites dans les rayonnages) en passant par les techniques de recherche des Experts...

Dire que le trait est on-ne-plus approximatif serait un doux euphémisme tant les détails sont réduits au strict minimum et les personnages aux rondeurs approchants certaines naïvetés des graphismes débutants (NDLR : que je n'atteins toujours pas...)... Il n'empêche, il faut passer outre... et pour autant les cases ne sont pas vides de décor, loin de là.  De plus, l'humour du scénario fait vite oublier les faiblesses (volontaires ?) graphiques...

Au sujet de la construction, nous avons droit à un préambule digne des James Bond puis le scénario se déroule avec de multiples rebondissements (dont certains, il faut bien le reconnaître sont un peu téléphonés). Ensuite comme un exercice de style, Shiga fait succéder à plusieurs planches riches (trop ?) en dialogues et cartouches, une course quasi muette au milieu des fiches de références. Fiches qui, ici, trouvent une fonction toute différente de celles habituelles...

On peut être parfois un peu perdu par certains détails bibliophiliques et autres ellipses parfois trop rapides mais le plaisir est bien présent et les quelques 150 pages défilent sans problème... pas un chef d'oeuvre, non,  mais une agréable découverte d'un jeune auteur anglo-saxon et d'une maison d'édition, Cambourakis. A suivre tous les deux !...

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article